A la manière des grottes de Lascaux

Cet atelier va vous demander un peu de préparation… mais nous sommes en vacances. Il s’agit de récupérer du papier d’emballage brun, ou à défaut d’utiliser du Craft. Vous allez ensuite créer sur de vieux cartons une paroi verticale. Une structure en papier mâché à l’arrière plan peut faire encore plus « grotte »!

Procurez-vous ensuite des pigments naturels: ocre rouge, ocre jaune. Broyez des craies pour le blanc, et récupérez du charbon de bois pour créer le trait noir. C’est parti… avec les doigts, bien sûr!

Partager le patrimoine avec ses enfants en vacances

Quand on parle de patrimoine et d’enfants, on pense à la visite guidée calibrée pour eux. C’est effectivement le mieux: un bon guide qui pratique son métier depuis des années a toute son expérience à mettre à votre disposition (et je vous renvoie à la section guidages pour suivre une visite avec moi)

Mais quand on part en vacances, sur place, on n’a pas toujours envie de suivre une visite guidée, les budgets peuvent vite augmenter aussi, donc voici quelques petits trucs qui peuvent égayer vos visites et les rendre instructives pour vos enfants.

Premier truc: si vous avez déjà visité l’endroit dans le passé, vous pouvez prendre des détails sur vos anciennes photos. A charge pour vos enfants, de les retrouver. Plusieurs musées proposent des fascicules enfants construits de cette manière. C’est le cas notamment du Musée de l’Oeuvre Notre-Dame à Strasbourg.

Deuxième truc: vous débarquez, vous ne connaissez pas l’endroit. On se donne un petit défi en famille: « le premier qui voit un dragon a gagné ». Nous cherchons toujours un cerbère depuis plusieurs jours. Ici, c’est la sirène de la Maison de la Sirène à Collonges-la-Rouge. Le patrimoine regorge de trésors comme celui-là.

Troisième truc: aller chercher un plan de la ville/du musée, le donner à un enfant et le suivre dans le trajet. Il ira d’emblée vers ce qui l’intéresse et vous verrez le monde à travers ses yeux. Bien sûr, vous verrez peut être la super fontaine dans laquelle on peut se mouiller et pas le palais du 18ème siècle, mais vous irez après, et votre enfant vous suivra avec d’autant plus de plaisir qu’il aura eu sa part!

Quatrième truc, mais ça vous le savez: le jeu libre est la manière d’apprendre leurs enfants. J’ai notamment souvenir d’avoir assiégé Carcassonne avec les miens, puis ensuite de l’avoir défendue!

Enfin, certains lieux parlent d’eux mêmes. Mes enfants sont restés muets de stupeur devant les taureaux ailés de Korsabad, ou à Peyrepertuse, dans le château cathare. N’interrompez pas l’émotion esthétique de vos enfants. Mon fils est resté un jour plus d’un quart d’heure devant « le domaine d’Arnheim » de Magritte et quand j’ai dit « on y va? » Il a dit « Attends… encore un peu ». Notre rôle de parents est à ce moment-là d’attendre, effectivement. L’émerveillement n’a pas de prix!

A la manière de… Georgia O’Keeffe

Depuis sa plus petite enfance, Georgia O’Keeffe est fascinée par les fleurs. Elle passe ses jeunes années à la campagne, dans la ferme de ses parents dans le Winconsin. Si elle peint abondance de paysages, elle est surtout connue pour ses fleurs, corolles et pistils immenses, qui ont marqué la peinture du 20e siècle. Parfois, ces compositions flirtent avec l’abstraction, sous l’influence de Kandinsky, que la peintre apprécie beaucoup. Ces fleurs émailleront toute la carrière de Georgia qui meurt à 99 ans après une carrière longue et féconde.

Nous allons nous intéresser à ces fleurs qui deviennent paysage. Cette semaine, je vous propose donc de choisir une fleur qui vous plaît et de la regarder d’un point de vue inhabituel. Pour ce dessin dans mon art journal, j’ai simplement travaillé aux crayons de couleurs (magic, de Koh-i-noor, avec trois couleurs dans chaque mine). On peut évidemment travailler avec n’importe quelle technique. Le vers est du poète anglais Shelley « I saw in sleep old palaces with towers and flowers so sweet the sense faints picturing them  »